mardi 13 octobre 2015

Tout ce temps... et un au revoir.

La semaine dernière a été un moment difficile pour moi et pour ma famille. Ma mamie adorée, ma mamie Soleil, douce, gentille... Mamie qui a été tellement plus qu'une mamie, puisque c'est elle qui m'a élevé, m'a appris à cuisiner, à tricoter, à coudre (et malheureusement aussi à détester la famille Abbot dans les feux de l'amour, lol) Cette femme que je mettais sur un pied d'Estale, est partie, emportée par le déclin causé par la maladie d'Alzheimer. Malgré cette fichue maladie qui la tenait, nous avons ris, tellement ris de cette malédiction, ensemble. Ensemble, mais pas assez... Heureusement, d'autres que moi, ses filles, ont été auprès d'elle, CHAQUE jour. Elle n'a pas passé ses dernières heures dans une chambre d'hôpital, mais dans sa maison, entourée. Ainsi, on peut se douter de la femme extraordinaire qu'elle a été, rien qu'en regardant ses filles s'occuper d'elle (et quelle difficulté cela a été!)

Un passage de flambeau d'un être d'exception, à d'autres êtres d'exception.


Dans ces moments de grandes tristesses, on se dit que le temps passe si vite... pas vrai?

Les enfants ont déjà 4 et 6 ans. Hier c'était la rentrée, demain Halloween...

Le temps passe, le temps file. Nous sommes tous d'accord là-dessus. C'est sur cette pensée que débute  ma nouvelle réflexion, car je me pose des questions sur tout ce temps investit sur mon blog, sur Facebook ou Instagram. Temps consacré à partager mes idées mais aussi, je dois bien l'avouer à montrer au monde que je suis présente. Enfin au monde, disons plutôt, au monde internet.

Si j'ai le temps pour Facebook, j'ai aussi le temps de méditer, non? J'ai aussi le temps de terminer ce bouquin, n'est-ce pas? Et paf, je tombe sur un super une image "to pin", ou une vidéo drôle, mais que j'oublierai aussitôt. Si je peux voir une vidéo (que j'ai déjà oublié), pourquoi utiliser mon précieux temps pour cela?

Je suis tombée (et ni par Facebook, ni par twitter ou encore Instagram) sur ce texte d'Alexandra Asten, qui m'a laissé déconfite. Voici sa traduction :

Pourquoi je ne l'utilise plus les médias sociaux.

J'ai eu un compte Facebook pendant environ 24 heures.

J'ai tourné sur Twitter une paire d'années.

Je ai eu un bref flirt avec Instagram cet été.

Alors que j'ai expérimenté et tâté différentes plates-formes de médias sociaux au cours des années - de MySpace (rappelez-vous MySpace?) à Friendster, à Pinterest et au-delà - je ne joue désormais que rarement avec toute plate-forme depuis plus d'un an ou deux.

Actuellement, je n'utilise plus aucune plate-forme de réseaux de médias sociaux du tout.

Je ne pense pas que je vais réutiliser les médias sociaux à nouveau.

Les gens me demandent souvent: "Pourquoi?"

C'est une question raisonnable. Une que je continue à revoir et reconsidérer à travers les années. Parce que les médias sociaux ne sont pas «mauvais» ou «mal» quelque soit leur utilité. C'est absolument magique.

Comme le courrier électronique, comme l'électricité, comme l'eau courante propre dont je jouis ici dans ma bulle privilégiée de l'Occident, les médias sociaux sont un miracle. Un de ces plateformes (enfin, un site de rencontre, qui est la même chose) m'a aidé à trouver mon vrai amour. Les médias sociaux aide à découvrir des voix inconnues. Les médias sociaux aident les gens à s'exprimer. Les médias sociaux dissolvent la barrière entre «créateur» et «utilisateur». Avec les médias sociaux, tout le monde peut être un artiste et partager son travail avec le public. Ce sont toutes de très belles choses. Je reconnais tout cela.

Et pourtant, malgré tout, je suis arrivée sans cesse à la conclusion que les médias sociaux - au moins, de la manière dont je tends à les utiliser - ne sont "tout simplement pas pour moi."

Pourquoi donc?

Eh bien, nous prenons l'exemple de Twitter.

J'ai été active sur Twitter pendant environ 4,5 ans. C'était drôle, amusant, agréable pour mon ego, et cela m'a conduite à quelques opportunités intéressantes.

Pourtant, au milieu de ma folie Twitter, j'ai souvent ressenti un sentiment tenace à l'intérieur de moi. Une voix me demandant: «Alex, est-ce vraiment la façon dont tu veux dépenser tes minutes de vie? N'y a-t-il pas autre chose qui pourrait être une utilisation plus significative de ton temps? Ne souhaites-tu pas aller plutôt marcher à l'extérieur, parler à ta maman, écrire un roman, avoir des relations sexuelles, travailler dehors, envoyer d'une lettre, faire du bénévolat, tu sais, toutes ces choses pour lesquelles tu n'a jamais assez de temps?"

Le plus souvent, j'ignorais cette petite voix car, ooh, regardez! Un nouveau re-tweet. #dopamineburst

Au cours des quatre années où j'était active dans l'univers Twitter, j'ai tweeté 9,074 fois. Soit environ 2016 tweets par an.

Avançons rapidement dans le temps.

Imaginez cela…

C'est la fin de ma vie.

J'ai (je l'espère, si je suis chanceuse) 100 ans, avec des cheveux d'argent vaporeux, nichée dans mon lit de mort, réfléchissant sur la valeur d'un siècle de rêves, de passions, d'aventures, et quelques regrets.

À la fin de ma vie, vais-je me dire :
"Mon Dieu, je suis tellement reconnaissante d'avoir tweeté 151.200 fois (2.016 tweets par an multiplié par 75 ans à compter autour de 25 ans) au cours de ma vie. Temps bien dépensé! Merveilleux!"

Dirais-je ça?

Je voudrais pouvoir dire: «Totalement! Je me sentirai très heureuse! "

Mais je sais, au fond de mes tripes... que je ne le serai pas.

Je ne vais pas me sentir en paix en sachant que j'ai tweeté 151.200 fois au cours de ma vie.

Je vais me sentir en suspens. Je vais avoir des remords. Des regrets.

Je vais calculer toutes les minutes que je passais à créer des milliers et des milliers de tweets - penser à ces tweets, taper ces tweets, éditer ces tweets, publier ces tweets, les suivre pour voir qui "aimait" et qui "re-tweetait" mon tweet, puis re-partager mes plaisanteries sur divers autres plates-formes - et je serais probablement arrivé à la conclusion sombre qu'il s'était écoulé quelques 1,8 millions de minutes passées sur Twitter, seule.

1,8 millions de minutes de ma vie.

1.250 jours. Environ 3,4 années.

À ce point, je serai probablement en train de pleurer.

Je prendrai le deuil de mes minutes de vie perdues, que je ne pourrai jamais récupérer.

Je fantasmerai sur toutes les choses que j'aurais pu faire avec ce temps.

Les baisers, les promenades, les conversations profondes, les bains de soleil, les livres, ce que je n'ai pas écrit.

Je voudrais désespérément retourner dans le temps pour avoir une chance de faire plus.

Cette chance ne me serrait pas offerte.

Voilà donc pourquoi je ne l'utilise plus les médias sociaux et pourquoi je ne vais probablement pas les utiliser à nouveau.

Parce que je sais qu'à la fin de ma vie, partager photos et blagues et LOLs & émoticônes et travailler pour créer une «présence» sur les médias sociaux et rechercher avidement des "likes" et "actions" et "cœur" et ainsi de suite, n'est pas un investissement de temps dont je vais me sentir fière. Au contraire, c'est celui que je vais probablement regretter.

D'autres peuvent ressentir des choses très différente à ce sujet, ce qui est parfaitement OK. C'est ma vie. Vous avez la vôtre.

Le but de ce mini-essai ne veut pas prétendre dire que «les médias sociaux sont bons» ou «mauvais», mais plutôt de se poser cette question:
"La durée de vie moyenne de l'homme est 39,420,000 minutes, si vous êtes chanceux. Comment dépensez-vous actuellement vos minutes de vie? Où vont-ils? Êtes-vous OK avec ça? "

Cela peut être une question effrayante à laquelle faire face - en ce qui concerne les médias sociaux ou tout autre "investissement de temps" - mais finalement, cela pourrait être la seule question qui compte vraiment.

alex

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire